A la une

Salon des Arts et Métiers de la Communication du 16 au 20 mai 2018 au siège du FESPACO

Sous le haut patronage de Monsieur Remis Fulgence DANDJINOU ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement Porte-parole du gouvernement se tient à Ouagadougou du 16 au 20 Mai 2018 au siège du FESPACO le Salon des Arts et Métiers de la Communication. Un grand public est attendu à cette 2e édition, qui réunira pendant cinq jours, les professionnels du secteur de la communication venus partager, leurs offres et services autour de plusieurs activités. Notre société y participera par l’animation d’un stand avec en sus une communication sur la TNT, une campagne de Mailing et la diffusion sur écran géant de spots publicitaires lors des animations qui auront lieu tous les soirs.

BURKINA INFO : Journée portes ouvertes

A l’occasion de son 3e anniversaire, la chaine de télévision BURKINA INFO a organisé une journée « portes ouvertes » le jeudi 03 Mai 2018. Une délégation de la SBT conduite par Mme la Directrice Générale accompagnée du Directeur Commercial et Marketing y a participé. Ce fut l’occasion comme l’a souligné Mme la DG au cours de l’interview qu’elle a accordée à la fin de la visite, de découvrir le travail fait en amont par une équipe jeune et dynamique composée autant d’hommes que de femmes. En outre elle a tenu à féliciter et encourager la Direction Générale et le personnel de Burkina Info pour le travail accompli en trois (3) ans. Elle a conclu en formulant des vœux de succès face aux défis qui sont les leurs dont celui de la concurrence des chaines étrangères.

La TNT dans l’espace UEMOA, une avancée décisive du Burkina

Les 17 et 18 avril 2018 à Abidjan, la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA) de Côte d’Ivoire a organisé un séminaire dédié au bilan du processus de basculement à la TNT dans les pays de l’UEMOA. La Société burkinabè de télédiffusion (SBT) y a été représenté par Monsieur Philippe KAHOUN dont l’exposé a permis aux participants de constater une avancée décisive de notre pays, avec 80% du territoire national déjà couvert.

Session du Comité de pilotage de la transition vers la TNT

Le comité de pilotage du passage de la radiodiffusion analogique à la radiodiffusion numérique de terre s’est réuni le mardi 18 octobre 2016, au premier ministère sous la présidence de SEM le Premier ministre, Paul Kaba Thieba, président dudit comité. A l’ordre du jour de cette session il y avait le point sur l’état de mise en œuvre du processus de transition numérique au Burkina Faso, et  la définition des actions à entreprendre pour l’achèvement du processus.

Le premier point a consisté à un exposé fait par la Directrice Générale de la Société Burkinabè de Télédiffusion (SBT), Mme Kadidia  Savadogo, sur le principe même de transition de la télévision analogique à la Télévision Numérique Terrestre (TNT), et sur l’état d’avancement du processus dans notre pays.

Cet exposé a porté sur les avantages du passage au numérique, les mutations du numérique, les défis de la transition numérique.

On retiendra ainsi que la transition de la télévision analogique vers la télévision numérique de terre, est une décision prise lors de la conférence de l’union internationale des télécommunications (UIT) à Genève en 2006 et appelée « accords de Genève 2006 en abrégé G06 ». Ces accords fixent une nouvelle répartition des fréquences dans le monde, suivie de la transition analogique vers la télévision numérique dont la date butoir était fixée au 17 juin 2015. Pour la radio (bande VHF), le délai c’est 2020.

La transition vers le numérique comporte plusieurs avantages :

  • Pour les consommateurs: il y aura plus de chaînes de télé, une meilleure qualité de l’image et du son, plus de modes de réception, plus de possibilité de réception de la télé haute définition (TVHD), des services additionnels (services de données, interactivités, etc) ;
  • Pour les chaînes de télédésormais appelées éditeurs de services, on notera un enrichissement des offres, des programmes régionaux variés, un coût de diffusion partagé.

L’avantage du passage à la TNT pour  l’Etat  sera la rationalisation de l’usage du spectre, le dividende numérique.

En terme de défis, Madame Savadogo a rappelé que la transition vers le numérique représente un changement important sur le plan technologique mais également social et économique. C’est donc a-t-elle dit, une opération complexe qui nécessite un cadre institutionnel adéquat (un engagement politique de haut niveau et l’adhésion de tous les acteurs), un cadre législatif et règlementaire adapté (nécessité de modifier les lois et textes en vigueur pour les adapter au nouveau contexte), choix de normes techniques (normes de compression et de diffusion), un financement conséquent.

 De l’état d’avancement du processus

A ce jour, notre pays a relevé plusieurs défis. Il dispose d’un cadre juridique et règlementaire, l’opérateur de diffusion (SBT) est créé, des terrains ont été acquis dans les différentes localités pour l’implantation de nouvelles stations de diffusion, le fournisseur satellitaire est choisi (Eutelsat), la société chargée de la construction du réseau (fourniture et l’installation et mise en service des équipements TNT) est choisie (BTESA),  le financement qui s’élève à plus de 40 milliards est bouclé. Ce coût inclut  l’acquisition et l’installation des équipements sur les 35 stations de diffusion TNT, la mise en place de l’opérateur de diffusion, la campagne de communication. L’objectif global du projet est d’assurer à terme la couverture télévisuelle de 100% du territoire national.

Quelles actions pour la finalisation du processus ?

A l’issue de l’exposé de la Directrice Générale de la SBT, les membres du comité de pilotage ont  échangé sur différents aspects du processus, notamment sur la nécessité les spécifications des décodeurs à autoriser sur le marché, mais aussi sur le coût d’accès des éditeurs de service au multiplexe (ensemble de chaînes partageant la même fréquence). Le Président du comité de pilotage a instruit les membres du comité à trouver dans les meilleurs délais une réponse à ces deux préoccupations en vue du démarrage effectif dans les prochaines semaines, de la diffusion TNT dans notre pays.

Outre le Président, le comité de pilotage est composé de la Présidente du Conseil Supérieur de la Communication (CSC), des ministres en charge de la communication, du commerce, de l’économie numérique, et du président de l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP). La prochaine réunion du comité est prévue pour la mi-janvier 2017.

 

Le Burkina Faso passe à la TNT : soyons prêts

En prélude au lancement officiel  de la Télévision Numérique Terrestre (TNT) au Burkina Faso, la Société Burkinabè de Télédiffusion (SBT), sous l’égide du ministère de la communication et des relations avec le Parlement a entrepris depuis le 8 septembre 2017, une campagne d’information et sensibilisation sur cette nouvelle technologie. Cette opération vise à inviter tous les téléspectateurs à s’approprier la TNT afin d’éviter les désagréments dans les mois à venir.

Cette campagne de communication qui concerne l’ensemble du pays vise à interpeller la population sur le nécessaire changement de comportements qui s’impose à tous avec l’avènement de la TNT. Cette interpellation se fait depuis le 8 septembre à travers les conférences publiques qui sont organisées pour une première phase dans les chefs-lieux des régions. Ces conférences publiques sont l’occasion pour le ministère d’informer les populations sur la TNT et d’attirer l’attention des uns et des autres sur certains points tels que :

  • la transition vers la TNT n’est pas une option. La décision de basculer entièrement dans la TNT pour tous les pays a été décidé à Genève, en Suisse,  le 16 juin 2006 par la Conférence Régionale des Radiocommunications (CRR) de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT). Cette conférence a adopté l’Accord régional relatif à la planification du service de radiodiffusion numérique de terre. Selon cet Accord, le 17 juin 2015 devait voir l’arrêt total de la diffusion analogique pour la bande UHF, et le 17 juin 2020 pour la bande VHF. Tous les pays doivent donc à terme, basculer dans la TNT. Notre pays qui a accusé un retard par rapport au délai imparti est aujourd’hui en passe de relever le défi ;
  • le passage à la TNT comporte plusieurs avantages: les téléspectateurs  auront accès à plus de chaînes de télé généralistes ou thématiques, donc à plus de programmes au choix. Ils auront également une meilleure qualité de l’image et du son et à terme,  les possibilités de services innovants au niveau des Techniques de l’Information et de la Communication (TIC). Pour le cas particulier du Burkina Faso, le déploiement technique prévu pour l’avènement de la TNT favorisera aussi une meilleure couverture télévisuelle du territoire national ;
  • la réception des images TNT nécessite un matériel adapté: l’avènement de la TNT dans notre pays va entrainer un réaménagement dans le dispositif audiovisuel de plusieurs ménages. En effet, pour recevoir les images de la TNT, il est nécessaire de s’équiper en matériel adéquat. PAS BESOIN DE CHANGER  DE POSTE TELEVISEUR S’IL EST EN COULEUR.

  • Peu importe la forme de votre poste téléviseur, s’il est en couleur, il vous faut tout simplement un adaptateur TNT à la norme DVBT2/MPEG4-AVC et une antenne râteau UHF (pas besoin d’antenne parabolique).

Si vous avez un poste téléviseur avec la TNT incorporée de la norme DVBT2/MPEG4-AVC, vous n’avez plus besoin d’un adaptateur.

L’antenne râteau seule suffit.

Il est à noter que tous les écrans plats n’ont pas systématiquement la TNT incorporée.

En conclusion, notons qu’à ce jour, cinq (05) chefs-lieux de régions ont bénéficié d’une conférence publique sur cette révolution technologique. Il s’agit de Dori (8 septembre), Dédougou (16 septembre), Fada (22 septembre), Gaoua (29 septembre), Banfora (06 octobre) et Bobo-Dioulasso (09 octobre).

Les conférences se poursuivront dans les autres chefs-lieux de régions aux dates et villes suivantes : le 9 novembre à Ouahigouya, le 14 novembre à Tenkodogo, le 23 novembre à Koudougou, le 30 novembre à Manga, le 7 décembre à Kaya et le 8 décembre à Ziniaré.

Les provinces bénéficieront également d’actions de communication pour permettre à l’ensemble des populations d’assimiler cette nouvelle technologie.

Ensemble pour le numérique !

DCM / SBT

Le nouveau PCA de la SBT a été installé

Nommé en Conseil des Ministre du 11 janvier 2017 Président du Conseil d’Administration (PCA) de la Société Burkinabè de Télédiffusion (SBT), Pascal Thiombiano a été installé dans ses fonctions le mercredi 1er février 2017. La cérémonie qui  s’est tenue dans les locaux de la SBT a été présidée par le Directeur de Cabinet du Ministre en charge de la Communication, Adama Coulibaly.

D’entrée, le Directeur de Cabinet qui avait à ses côtés la Directrice Générale de la SBT, Kadidia Savadogo a souhaité la bienvenue à l’assistance et a procédé à l’installation formelle du nouveau PCA. Il l’a ensuite invité à travailler ardemment pour que le processus en cours de la mise en œuvre de la Télévision Numérique Terrestre (TNT) dans notre pays  soit finalisé dans les délais annoncés.

Pascal Thiombiano a quant  à lui exprimé sa gratitude vis-à-vis des autorités de notre pays et celles du ministère en charge de la Communication pour la confiance placée en lui, et  dit mesurer l’ampleur de sa responsabilité.

En effet, le Burkina Faso se prépare activement à entrer dans une  ère nouvelle en matière audiovisuelle, et  « la SBT a la lourde mission de piloter le processus à bon port ». Le nouveau Président du Conseil d’Administration de la SBT s’est engagé à « tout mettre en œuvre pour être au rendez-vous et pourquoi pas raccourcir les délais » de « l’échéance fixée pour le basculement vers le tout numérique en matière de diffusion télévisuelle » à savoir septembre 2017.

Deux défis semblent se dessiner pour le nouveau PCA pour qui, « le processus d’installation des équipements, de maillage du territoire du territoire doit être réalisé dans les plus brefs délais. » le deuxième challenge est celui de la Communication. Il s’est dit  « ravi de voir que les premiers messages d’information partent à l’endroit des populations » et a invité à maintenir le cap » afin d’assurer la réussite de cette nouvelle technologie dans notre pays.

Notons que Pascal Thiombiano remplace à ce poste  Mathieu Bonkoungou, nommé en septembre 2016, Conseiller de presse à l’Ambassade du Burkina Faso en Suisse.

Les ministres en charge de la transition numérique de l’espace UEMOA se concertent à Ouaga.

Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso a abrité le 23 septembre 2016, une rencontre des Ministres en charge de la Communication, des Télécommunications et des TIC des Etats membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA). Cette réunion organisée par l’UEMOA a eu pour but de faire le point sur l’évolution du processus de transition vers la radiodiffusion numérique dans chacun des pays membres. 

Lire la suite

Cérémonie de lancement officiel de la TNT au Burkina Faso

Cette cérémonie prévue pour se tenir le jeudi 28 décembre 2017 à 16h00 à la salle de Conférence de Ouaga 2000, est placée sous le haut patronage du Premier Ministre, Son Excellence Monsieur Paul Kaba THIEBA et aura  au programme un plateau artistique avec Gombo.com  et Malika la slameuse, une présentation des chaines du premier multiplex de la TNT dans notre pays.
 

Ensemble pour le numérique!

La Société Burkinabè de Télédiffusion a reçu sa Licence d’exploitation

La Société Burkinabè de Télédiffusion  a reçu sa Licence d’exploitation
La Société Burkinabè de Télédiffusion a reçu sa Licence d’exploitation

Le jeudi  16 juin 2016, la Directrice Générale de la Société Burkinabè de Télédiffusion (SBT), Kadidia Savadogo a reçu de l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP), la « licence d’établissement et d’exploitation d’un réseau de radiodiffusion numérique terrestre » accordée à la SBT. C’était en présence de la Présidente du Conseil Supérieur de la Communication (CSC), Nathalie Somé, du Ministre de la Communication et des relations avec le Parlement, Rémi Fulgence Dandjinou,  et de la Ministre du Développement de l’économie numérique et des postes, Aminata Sana.  Lire la suite