Session du Comité de pilotage de la transition vers la TNT

Le comité de pilotage du passage de la radiodiffusion analogique à la radiodiffusion numérique de terre s’est réuni le mardi 18 octobre 2016, au premier ministère sous la présidence de SEM le Premier ministre, Paul Kaba Thieba, président dudit comité. A l’ordre du jour de cette session il y avait le point sur l’état de mise en œuvre du processus de transition numérique au Burkina Faso, et  la définition des actions à entreprendre pour l’achèvement du processus.

Le premier point a consisté à un exposé fait par la Directrice Générale de la Société Burkinabè de Télédiffusion (SBT), Mme Kadidia  Savadogo, sur le principe même de transition de la télévision analogique à la Télévision Numérique Terrestre (TNT), et sur l’état d’avancement du processus dans notre pays.

Cet exposé a porté sur les avantages du passage au numérique, les mutations du numérique, les défis de la transition numérique.

On retiendra ainsi que la transition de la télévision analogique vers la télévision numérique de terre, est une décision prise lors de la conférence de l’union internationale des télécommunications (UIT) à Genève en 2006 et appelée « accords de Genève 2006 en abrégé G06 ». Ces accords fixent une nouvelle répartition des fréquences dans le monde, suivie de la transition analogique vers la télévision numérique dont la date butoir était fixée au 17 juin 2015. Pour la radio (bande VHF), le délai c’est 2020.

La transition vers le numérique comporte plusieurs avantages :

  • Pour les consommateurs: il y aura plus de chaînes de télé, une meilleure qualité de l’image et du son, plus de modes de réception, plus de possibilité de réception de la télé haute définition (TVHD), des services additionnels (services de données, interactivités, etc) ;
  • Pour les chaînes de télédésormais appelées éditeurs de services, on notera un enrichissement des offres, des programmes régionaux variés, un coût de diffusion partagé.

L’avantage du passage à la TNT pour  l’Etat  sera la rationalisation de l’usage du spectre, le dividende numérique.

En terme de défis, Madame Savadogo a rappelé que la transition vers le numérique représente un changement important sur le plan technologique mais également social et économique. C’est donc a-t-elle dit, une opération complexe qui nécessite un cadre institutionnel adéquat (un engagement politique de haut niveau et l’adhésion de tous les acteurs), un cadre législatif et règlementaire adapté (nécessité de modifier les lois et textes en vigueur pour les adapter au nouveau contexte), choix de normes techniques (normes de compression et de diffusion), un financement conséquent.

 De l’état d’avancement du processus

A ce jour, notre pays a relevé plusieurs défis. Il dispose d’un cadre juridique et règlementaire, l’opérateur de diffusion (SBT) est créé, des terrains ont été acquis dans les différentes localités pour l’implantation de nouvelles stations de diffusion, le fournisseur satellitaire est choisi (Eutelsat), la société chargée de la construction du réseau (fourniture et l’installation et mise en service des équipements TNT) est choisie (BTESA),  le financement qui s’élève à plus de 40 milliards est bouclé. Ce coût inclut  l’acquisition et l’installation des équipements sur les 35 stations de diffusion TNT, la mise en place de l’opérateur de diffusion, la campagne de communication. L’objectif global du projet est d’assurer à terme la couverture télévisuelle de 100% du territoire national.

Quelles actions pour la finalisation du processus ?

A l’issue de l’exposé de la Directrice Générale de la SBT, les membres du comité de pilotage ont  échangé sur différents aspects du processus, notamment sur la nécessité les spécifications des décodeurs à autoriser sur le marché, mais aussi sur le coût d’accès des éditeurs de service au multiplexe (ensemble de chaînes partageant la même fréquence). Le Président du comité de pilotage a instruit les membres du comité à trouver dans les meilleurs délais une réponse à ces deux préoccupations en vue du démarrage effectif dans les prochaines semaines, de la diffusion TNT dans notre pays.

Outre le Président, le comité de pilotage est composé de la Présidente du Conseil Supérieur de la Communication (CSC), des ministres en charge de la communication, du commerce, de l’économie numérique, et du président de l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP). La prochaine réunion du comité est prévue pour la mi-janvier 2017.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *