Les ministres en charge de la transition numérique de l’espace UEMOA se concertent à Ouaga.

Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso a abrité le 23 septembre 2016, une rencontre des Ministres en charge de la Communication, des Télécommunications et des TIC des Etats membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA). Cette réunion organisée par l’UEMOA a eu pour but de faire le point sur l’évolution du processus de transition vers la radiodiffusion numérique dans chacun des pays membres. 

Les travaux des ministres, dirigés par le Ministre en charge  de la Communication du Burkina Faso, Monsieur Remis Fulgance Dandjinou ont, porté sur l’examen du rapport de la réunion des experts, tenue les 21 et 22 septembre 2016 à Ouagadougou autour des objectifs de la rencontre des ministres qui étaient de :

  • Faire le point de la mise en œuvre du processus de transition numérique dans les Etats membres ;
  • Capitaliser les actions réussies des Etats membres qui sont en avance dans la conduite du processus ;
  • Identifier les actions à entreprendre par la Commission de l’UEMOA jusqu’à l’achèvement du processus par tous les Etats membres.

Les Ministres ont exprimé leur gratitude à la Commission de l’UEMOA pour les actions entreprises en vue d’accompagner les Etats membres dans la conduite du processus de transition numérique. Ils ont sollicité la poursuite de cet accompagnement jusqu’à l’achèvement du processus dans tous les Etats membres. En effet, au constat général, il ressort qu’aucun pays à ce jour n’a achevé le processus de transition numérique dont la date avait été fixée au 17 juin 2015 par l’Accord régional relatif à la planification du service de radiodiffusion numérique de terre. Le 17 juin 2015 était la date retenue dans cet Accord pour l’arrêt de la diffusion analogique de la télévision.

Quelles actions pour l’achèvement du processus

Dans le but de parachever le  processus de transition dans les meilleurs délais dans l’espace communautaire, les ministres ont adopté entre autres, la mise en œuvre des actions suivantes :

– Commencer la diffusion en numérique au plus tard en juin 2017 et entamer l’extinction du signal analogique en décembre 2017 ;

– Envisager de recourir à des sources alternatives de financement tels que le dividende numérique, le fonds de service universel des télécommunications, le secteur privé, le partenariat public-privé et/ou un pool bancaire national pour financer partiellement ou totalement la transition numérique ;

– Mettre en place des cadres juridiques de la TNT, avec transposition de la Directive 01/2015/UEMOA/CM ;

– Solliciter le Président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement pour un plaidoyer auprès de ses pères en vue de leur implication pour l’aboutissement rapide du processus de transition numérique.

Remis Fulgance Dandjinou et ses collègues ont aussi adopté la feuille de route de ces actions à mener.

Le Ministre Dandjinou avait à ses côtés la Ministre en charge de l’Economie numérique, Madame Aminata Sana/Congo. Ont pris part à la rencontre les représentants de la Guinée Bissau, du Mali, du Niger, du Benin, du Sénégal, du Togo, et de la Commission de l’UEMOA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *